Derniers réglages à Blois

Loir-et-Cher - Blois - Gymnastique rythmique - championnats régionaux ensembles


L’AAJ Blois organise les championnats régionaux par ensembles ce week-end au gymnase Tabarly. L’occasion de monter en puissance avant les zones.

 

Comme il y a deux ans, l'AAJ Blois va accueillir les meilleurs gymnastes de Centre-Val de Loire dans la préfecture du Loir-et-Cher, samedi et dimanche. Près de 700 concurrents sont attendus pour ces championnats régionaux par ensembles, qualificatifs pour les championnats de zone. Il faut dire que l'AAJB, comme La Blésoise, est une référence régionale en la matière. Chaque année, les deux clubs ont toujours des représentants au plus haut niveau. En 2016, un ensemble de La Blésoise avait même obtenu un titre de vice-champion de France, dans la catégorie Trophée fédéral A 17 ans et moins.

 

" Un côté tactique "


L'AAJ Blois évoluera à domicile et engagera huit ensembles, soit une quarantaine de gymnastes. « On espère monter sur trois podiums, indique Aline Bacquet. On voudrait emmener deux ensembles aux championnats de France, les Trophée B 17 ans et moins et 13 ans et moins. Notre ensemble interrégion B 13 ans et moins, pour qui la compétition s'arrêtera aux championnats de zone, pourrait également bien figurer. Nous avons plus d'enfants au club cette année, cela permet de travailler pour atteindre le haut niveau. »


Même son de cloche du côté de La Blésoise, qui est passé de 109 à 132 gymnastes en compétition. Ainsi, le club engagera 20 ensembles aux championnats régionaux de ce week-end, soit 90 gymnastes. « Notre objectif est de faire un maximum de podium, assure Sabine Barbier. L'année dernière, nous en avions obtenu 14 sur 15 ensemble engagés, et 12 avaient réussi à se qualifier pour les championnats de France. »


Si ces championnats régionaux permettront de distribuer des billets pour les championnats de zone, qui se tiendront le 22 avril à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne), il y a peu de chance que les deux clubs du département restent sur le carreau. En effet, le Centre-Val de Loire, où l'on compte 19 clubs, retrouvera au tour suivant les représentants des régions Limousin, Bourgogne et Auvergne, où il y a peu d'engagés. Ainsi, pour la compétition de ce week-end, il ne devrait pas y avoir de « couperet », ce qui va permettre aux gymnastes de se régler en vue des prochaines échéances. « Cela permet aussi de voir ce que les autres ensembles proposent, de faire quelques modifications dans les enchaînements, il y a un côté tactique », note Aline Bacquet. Une sorte de répétition grandeur nature avant d'aller se frotter à de plus hautes sphères.

 

Article NR